Benetton « Face of the City »

La marque de vêtements italienne sort la campagne  » Face of the city » en février 2016 en collaboration avec l’agence 180 Amsterdam. On trouve des supports print et une campagne vidéo.  Celle ci met en avant la diversité culturelle et ethnique, deux éléments importants dans la communication de United Colors of Benetton pendant trente ans. Ceci est réalisé pour accompagner la nouvelle collection capsule « Carnival ». Disponible dans quelques magasins de la marque à partir de mi-février, elle se compose de pièces pop aux lignes géométriques et couleurs vives.

La marque ici combine plusieurs portraits de femmes qui représentent le brassage ethnique présent dans les six grandes villes de la mode: Paris, Londres, Tokyo New York, Milan et Berlin. Pour chaque ville, un portrait issue d’une combinaison de toutes les ethnies qui vivent à l’intérieur de celle ci ressort. Les portraits obtenus ont été mélangées à l’aide d’un algorithme afin de dresser un portrait-type de la femme en fonction de la couleur de peau, formes des yeux et du nez, types et couleurs de cheveux. On voit alors à chaque fois une superposition de plusieurs portraits.

Analyse de la campagne:

Benetton choisit une communication récepteur en mettant en scène des femmes portant les produits. La marque utilise l’axe de la réussite pratique.

Les supports print se construits en deux parties. L’une se trouve sur la gauche, on remarque un cadrage à hauteur poitrine, le regard fixant l’objectif et donc le lecteur, c’est la combinaison des portraits de plusieurs femmes. Dans la seconde partie à droite, c’est un cadrage en pied, sur fond blanc qui met en avant le sujet et surtout le produit de la marque que celui-ci porte.

Le lecteur est attiré par le regard du sujet dans un premier temps puis par la couleur du produit. La neutralité du fond permet de mettre en valeur le produit coloré (vert, rouge, bleu, rose).

On trouve du texte dans la partie gauche qui explique au lecteur le procédé de la marque pour établir ces portraits. Les caractères sont assez lisibles puisqu’ils contrastent avec le fond clair.

On peut distinguer des lignes de constructions horizontales et verticales qui structurent le support, et facilite la lecture.

On découvre une anacoluthe, c’est une rupture de construction cela permet de casser la banalité. Ici nous la retrouvons grâce à la superposition des calques, des portraits dans la partie gauche.

Marie.C

Sources: http://lareclame.fr/180amsterdam-unitedcolorsofbenetton-faceofthecity-146036

http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/09/2273644-bennetton-une-nouvelle-campagne-centree-sur-la-diversite-ethnique.html

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s